en chemin

voyages, lectures, nature

le 27-10-2015 21:10

Un cheval entre dans un bar, de David Grossman

       L'acteur comique Dovalé donne un on man show dans la petite ville de Netanya, en Israël. Il a invité un ancien ami d'enfance, juge à la retraité et veuf replié sur lui-même qui l'avait perdu de vue. Mais si le spectacle commence de façon clownesque, peu à peu le roman de David Grossman prend une tournure dramatique. Il s'agit en effet pour Dovalé d'un rendez-vous avec les témoins de son passé d'enfant solitaire, maltraité, mal aimé, souffre-douleur.

       Si la plupart des spectateurs quittent peu à peu la salle, fâchés ou déçus, ceux qui restent, et le lecteur avec eux, assistent émus et fascinés à cette "délivrance" en direct du petit homme disgracieux, seul sur scène. On se souviendra en particulier du  récit de son voyage avec le chauffeur intarrissable en histoires drôles. On a seulement dit à Dovalé qu'il devait quitter le camp d'ados où il séjournait et partir immédiatement à un enterrement car il était orphelin. Mais l'enterrement de qui: son père, sa mère? Un cheval entre dans un bar, le titre du roman, est justement  le début d'une blague racontée par le chauffeur.

La salle rit.

Ben voilà, vous avez ri. Bravo Netanya. Pas vraiment déchaînés, mais on a entendu des rires. Dommage que vous ayez pas été à ma place dans le véhicule, vous auriez fait plaisr au chauffeur. Moi, j'ai même pas décoché un sourire, je tremblais toujours comme une feuille dans mon coin. 

       

Un cheval entre dans un bar

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 27-10-2015 à 22:31:36  (site)

Bonsoir Christine, oui nous sommes bien occupés quand nos petits enfants sont en vacances, mais nous passons de bons moments, merci, bises, bon mercredi, fanfan

2. anaflore  le 28-10-2015 à 05:45:11  (site)

je ne connais pas ce roman je note....
pour malte sur que si j'avais pu le faire en randonnée surement que j'aurai préféré mais suis déjà contente d'avoir pu y aller .....bonne journée

3. banga  le 28-10-2015 à 11:21:18  (site)

Bonjour Christine un cheval rentre dans un bar tout un programme , il y à beaucoup de chevaux en France lol hi hi ce doit être un roman très drôle , bec toi pour ce qui est de panneaux solaires bon en même temps on ne peux pas tout raser de la carte de se qui est moche pour nos petits yeux lol , ici on à eu un vrai déluge sur Paris cette nuit , je te souhaite une très bonne journée bises.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 23-10-2015 21:39

Autour de Portes

 

Pour cette randonnée en Cévennes, un curieux véhicule nous attend sur le parking. Mais nous n'allons pas le suivre malgré l'invitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du château de Portes, nous descendons vers l'église de la Vernarède: elle serait située sur un site minier, à l'une des extrémités d'un plan incliné construit pour le transport du charbon. Je n'ai rien trouvé au sujet de cette église.

 

En 1855 est créée la Compagnie Minière de Portes et Sénéchas qui produit 150.000 tonnes de  charbon par an.Les plans inclinés de La Canebière et de Pereyrols permettaient d'acheminer le charbon grâce à un astucieux système il faut cliquer sur la photo pour lire les détails).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une tour dont l'usage est un peu mystérieux.

 

 

 

 

 

Un wagonnet pour le charbon.

 

Le plan incliné de La Canebière côté pile

 

et côté face.

Les plans inclinés seront remplacés dès 1867 par la voie ferrée.

 

Après le col de Pereyrols, difficilement accessible (merci à la cousine qui nous a laissés passer sur sa propriété!), de jolies vues automnales sur le hameau de Rouchadel.

 

 

En chemin, des houx magnifiques.

 

Retour au parking et au château de Portes: fragilisé par les galeries de mines creusées dans le sous-sol, il fait l'objet de restauration depuis de nombreuses années.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 24-10-2015 à 08:09:13  (site)

Bonjour Christine, j'ai lu ton billet précédent sur ce roman d'Isaka Kôtarô, mais il semblerait que l'on ne peut plus te laisser de commentaire... Un bon roman, qui démontre que malgré la violence que subissent certaines personnes, elles gardent en eux, de la tendresse et de l'humour...

Une jolie randonnée en Cévennes, bizarre cette camionnette, elle transporte des plantes ! C'est original !
Toujours beaucoup de plaisir à participer à tes jolies balades...
Je suis tôt ce matin, ce n'est pas dans mes habitudes, mais je garde aujourd'hui, mes deux petits garçons pour la journée...
MERCI, bises et très bon week-end, fanfan

édité le 24-10-2015 à 08:10:23

2. banga  le 24-10-2015 à 13:46:01  (site)

Bonjour Christine superbe ballade avec tes photos de ta randonnée dans les Cévennes il y avait une grosse production de charbon je n'étais pas au courent, on apprend beaucoup avec les divers blogs c'est bien pour ça , cette camionnette est drôle ?eh bien écoute non ce n'est pas des préjugés si on employait des moulins à vent pour produire de électricité eh bien je trouverai ça très beau lol c''et plus joli non ? la preuve c'est que nos vieux moulins à vents sont restauré de plus en plus .
Ici sur Paris très beau temps je te souhaite un très bon week end bises.

3. Kriemhild  le 25-10-2015 à 13:56:40  (site)

Bonjour !

Encore un bien bel article !

J'étais jeudi à Marseille, et j'ai vu une tout autre canebière lol !

Bonne journée, bisous

4. anaflore  le 25-10-2015 à 20:58:36  (site)

j'aurai eu besoin de ta sportivité pour visiter malte !!!suis trés fatiguée de mon voyage ça ira mieux demain !!!bonne soirée

5. seringa  le 28-10-2015 à 06:52:07  (site)

J'adore ce coin.
Ns y avons fait une grande rando cet été avec un petit groupe et un "conférencier" sur le passé minier et le transport du charbon. Une partie de celle que tu as faite.
Merci pr ta visite sue Brassens.
Bonne semaine Christine.
Un bisou. Seringa.

6. Nyxie  le 28-10-2015 à 09:52:10  (site)

Je suis très intriguée par cette tour mystérieuse ! dommage que l'on ne sache pas à quoi elle servait, je suppose en rapport avec la mine ?
Merci pour ces très belles photos quel talent !...
Bonne journée. Biz

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 23-10-2015 07:52

Pierrot-la-gravité, d'Isaka Kôtarô

 

Pierrot-la-gravité (poche)

 

       C'est un drôle de roman d'Isaka Kôtarô: deux frères aimants, dont l'un est né d'un viol, enquêtent ensemble au sujet de tags mystérieux et d'incendies.

Il y a des gens qui mettent le feu à des immeubles et des jeunes qui couvrent  le bien d'autrui de graffitis en toute quiétude. Des politiens qui bombent la poitrine alors qu'ils ne connaissent même pas le sens du mot "détermination", et des chaînes de télé qui diffusent des ragots sans les vérifier et prétendent présenter d'authentiques informations.

       Pourquoi? Je n'en dis pas plus, c'est une sorte de polar. L'un manipule l'autre avec tendresse, tout en poursuivant une vengeance implacable, sur fond de génétique.

C'est un mot de passe, un jargon que seuls les grands-parents et leurs petits-fils comprennent. Quand ils sont martyrisés par le père, les grands-parents et le petit-fils endurent leur sort en chantonnant: PDM, PDM (Parents Must Die). Ils ne peuvent prendre leur mal en patience qu'en se promettant de le tuer un jour, ce salaud!

(...) Une vraie histoire d'espions ou de ninjas.

       Un titre un peu étrange, Pierrot-la-gravité, qui traduit peut-être le mélange de drame, de tendresse et l'humour des personnages. 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. colea  le 24-10-2015 à 15:18:10  (site)

Tu m'as donné envie de lire ce livre, je vais tacher de le trouver, en librairie ou à la bibliothèque.
Bonnes randonnées d'automne!
léa

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 19-10-2015 21:42

Les Dentelles de Montmirail

Une superbe randonnée (pas ce week-end, il a plu tout dimanche, mais la semaine précédente).

Départ du centre de Beaumes de Venise, célèbre pour son muscat.

Longueur: 15km, et 650m de dénivelée cumulée.

 

 

 

 

 

On part plein est, vers Notre Dame d'Auburne, par une petite route balisée bordée d'oliviers bien chargés de fruits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au nord,  ce sont les "Dentelles"...

 

Après une rude montée, l'ancien GRP escarpé passe par les grottes d'Ambrosi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis on longe les vignes de Vacqueyras et Gigondas, les amateurs de bon vin savent de quoi je parle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre ascension jusqu'au belvédère du rocher du Midi: le Ventoux et les Dentelles

 

Retour par le sud: les ruines d'une tour sarrazine.

 

Le Ventoux a un faux air de sommet japonais...

 

 

Après une descente parfois périlleuse, le Castelas de Beaumes de Venise: l'arrivée n'est pas loin. 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 19-10-2015 à 22:16:31  (site)

Bonsoir Christine, ah quelle superbe randonnée, on ne peut rêver mieux.
Ah oui le Girondas, c'est un très bon vin, à boire bien sûr avec modération (sourire)...
Merci pour ce joli partage, un agrèable moment, bises, Christine, bonne soirée et un bon mardi, fanfan

2. seringa  le 20-10-2015 à 09:23:52  (site)

Superbe balade et superbes photos avec le ciel si pur.
C'était différent dimanche passé !
Bon mardi Christine. Un bisou.

3. elena13  le 20-10-2015 à 11:40:49  (site)

Très belles photos !!!

4. fanfan76  le 22-10-2015 à 23:06:14  (site)

Bonsoir Christine, merci, je te souhaite, également, une bonne fin de semaine, bises, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 18-10-2015 14:45

Le dernier gardien d'Ellis Island, de Gaëlle Josse

       Sur Ellis Island, jusqu'en novembre 1954, se trouvait le centre d'immigration par où transitaient tous ceux qui souhaitaient s'installer aux Etats-Unis. Le dernier gardien d'Ellis island, c'est John Mitchell, qui décrit sur son journal ses ultimes moments dans ce lieu particulier et revient sur son passé, sa solitude et ses amours.

Avec les années, avec la guerre, l'immigration a décru et les flots d'arrivants ont été remplacés par des troupes à l'entraînement, puis par des prisonniers politiques en attente d'expulsion. A certains j'ai ouvert la Porte d'or; à d'autres j'ai refermé les grilles sur tous leurs espoirs; pour d'autres encore, je n'ai été qu'un directeur de prison, une ombre passante, silencieuse et austère, dont le pire est toujours à attendre.

       L'écriture délicate et mélancolique de Gaëlle Josse ne me paraît pas vraiment en adéquation avec la situation et la fonction de cet homme. Mais peu importe. C'est aussi l'occasion d'évoquer l'arrivée, l'angoisse de ces candidats à une vie qu'ils espéraient meilleure, qu'ils aient fui l'Europe à cause de la guerre ou de la misère.

Autour des tables, les conversations roulaient sur la Merica, ceux qui étaient partis, ceux qui allaient partir, les lettres reçues ou attendues, les rêves de ceux qui restaient. La Merica, c'était la Jérusalem céleste, la terre de Canaan, le temple de Salomon, les jardins suspendus de Babylone et la certitude de ne plus jamais avoir faim. En ce temps-là, l'Italie rêvait d'Amérique.

       L'Histoire, décidément, se répète.

(...) les milliers de passagers accueillis parfois en un seul jour (...) Ce sont des files dociles et inquiètes qu'il faut faire circuler, presser, guider, informer, examiner. Es-tu digne de devenir un des nôtres? Quel gain, quel risque en t'accueillant, Qu'as-tu à nous offrir? Certaines années, le centre fonctionnait jour et nuit pour venir à bout de tout ce passage. Je revois les employés, nos médecins, les infirmières, exténués, hagards, devant ces déferlements d'hommes et de femmes encore plus épuisés qu'eux, et risquant bien plus aussi.

 

Gaëlle Josse - Le dernier gardien d’Ellis Island.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 18-10-2015 à 15:50:29  (site)

Bonjour chère Christine, avant de lire ta phrase sur l'histoire se répète, c'est justement l'idée qui me venait en lisant ce récit partagé avec nous. Quelle tristesse ! pour ces gens déracinés vers un ailleurs complétement inconnu.
Merci Christine, bon dimanche, bises, fanfan

2. Francois Lagane  le 19-10-2015 à 10:59:48  (site)

J'ai entendu parler de ce lieu "mythique".

3. banga  le 19-10-2015 à 13:03:54  (site)

Bonjour Christine merci de ton passage sur mon blog ce livre m'à l'aire très intéressent très bon pitch , je suis de retour sur Paris ou il ne fait pas très chaud je te souhaite une très bonne semaine bises.

4. wolfe  le 19-10-2015 à 15:43:10  (site)

Bonjour
Ce livre me plairait bien!
Bisous

5. jakin  le 19-10-2015 à 16:20:40  (site)

Merci pour cette présentation, à lire pour retrouver l'actualité et la comprendre....

6. jeanmi  le 19-10-2015 à 18:35:32  (site)

Coucou,
J'arrête de lire pour cette année, j'ai les yeux qui fatiguent car il y a moins de lumière et je commence à avoir du mal à lire de près.
Bonne soirée
Bisous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article