en chemin

voyages, lectures, nature

le 04-05-2012 21:30

Les yeux bandés, de Siri Hustved

       J'avais bien aimé certains livres de Siri Hustved, en particulier Tout ce que j'aimais et Un été sans les hommes. Aussi j'ai été surprise par la noirceur du roman Les Yeux bandés, publié en 1992, qui, selon la quatrième de couverture, a marqué l'entrée de l'auteur en littérature.

       Il est composé de quatre récits, quatre "aventures" vécue par Iris, une étudiante pauvre, pertubée par de violentes migraines. Elle va rencontrer, dans un New-York écrasé de chaleur et inquiétant, des individus étranges, manipulateurs: un professeur érudit, un photographe, un critique d'art excentrique... Elle est ainsi amenée à mesurer sa liberté, à découvrir ses propres  penchants, sa part d'ombre.

       A propos d'un personnage sur un tableau, dont elle ne se souvenait pas:

Mais où avait-il disparu? Et combien d'autres avec lui? Je méditai. Des gens, des objets, aperçus puis oubliés, ne laissant rien derrière eux, pas même la notion de leur absence.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
le 03-05-2012 21:21

Cambo

Aujourd'hui une randonnée de 15km au départ du hameau de Cambo, quelque part au nord de la route qui relie  Saint Hippolyte du Fort et Ganges.

Carte IGN au 1/25000: 2741 ET.

Le matin, on s'élève de 574m à 930m par une large piste dans les bois.Et c'est la découverte d'un magnifique panorama, avec vue sur la vallée du Vidourle,  le Rocher de l'Aigle, le Fageas, l'Aigoual vers l'ouest;  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au nord le mont Lozère; à l'est le rocher d'Anduze, le Mont Bouquet...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et s'il n'y avait pas eu de brume, nous aurions pu apercevoir les Alpes au loin, derrière les jumelles de Saint Hippolyte.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. seringa  le 04-05-2012 à 04:24:46  (site)

Elle a l'air bien tentante cette balade,avec ses panoramas magnifiques.Bonne journée et bises.
Seringa.

édité le 04-05-2012 à 06:24:53

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 01-05-2012 21:23

Des grottes de Calès au château de la Reine Jeanne

La randonnée qui part de Lamanon, non loin de Salon de Provence,  recèle de multiples surprises.

Et pour commencer le site  de Calès où l'on peut voir 58 grottes creusées dans le safre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elles ont servi  d'habitations ou de réserves alimentaires jusqu'en 1586.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette construction protégée devait servir de réserve de nourriture et dépôt d'objets de valeur.

La source Saint Denis et ses eaux limpides:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de parvenir au château de la Reine Jeanne...

nous passons devant un ancien pigeonnier impressionnant: les alvéoles couvrent les quatre murs intérieurs. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le castellas médiéval du XIIe siècle a appartenu à la célèbre reine Jeanne, qui régna sur la Provence au Moyen-Age.

Ces vestiges grandioses sont d’un intérêt et d’une qualité exceptionnels, bien que peu connus.

A côté de ce château se trouve une autre ruine, celle de l’ancienne église du château de la Reine Jeanne (aussi appelé Castellas de Roquemartine). Datée du Xe siècle, son mauvais état ne l’empêche cependant pas de conserver, au milieu des broussailles, quelques belles voûtes et des murs portant encore les traces d’un revêtement ocre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour finir, le platane tricentenaire de Lamanon.

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. apartee  le 01-05-2012 à 19:38:09  (site)

superbe

2. jakin  le 02-05-2012 à 15:31:58  (site)

Bonsoir,
Ce parcours me semble plein d'intérêts...ou est son point de départ ? je suis prêt à faire cette randonnée....Bonne fin de soirée....
Jakin,smiley_id210602

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 27-04-2012 21:40

Rue Darwin, de Boualem Sansal

       Je ne connaissais pas  Boualem Sansal et je connais très mal la littérature algérienne.

       Dans ce roman, le narrateur accompagne sa mère à Paris pour qu'elle y retrouve ses autres enfants dispersés en France et en Amérique. Mais elle meurt à son arrivée et c'est l'occasion pour lui de se pencher sur son passé, sur sa famille; de dénouer les fils de ses origines complexes et mystérieuses. Rue Darwin raconte l'amour d'un fils pour sa mère, mais aussi une vie bouleversée, un déchirement entre pauvreté et richesse, entre Algérie et monde occidental, entre religion et liberté.

       Il découvrira l'identité de sa vraie mère - ou plutôt il finira par se l'avouer.

Et puis je devais tenir compte de cette vieille loi du silence à laquelle ces femmes se sont pliées toute leur vie. Parler est une liberté qu'elles ne connaissent pas (...). On ne raconte pas ses viols, ses lâchetés répétées, ses humiliations, ses peurs profondes, on ne dit pas ses silences entretenus tout au long de la vie au péril de sa raison. 

Je devais aider Faroudja à franchir le pas. A son  âge, avec ses croyances et son univers mental formaté par l'islam, ses interdits et ses sentences maillés serré, elle se sentait en danger, elle pensair constamment aux obligations draconiennes qu'il faut strictement remplir pour réussir sa mort de croyant. 

       L'écriture est dense, violente, tragique, et si le narrateur se regarde avec un certain humour, il est souvent désabusé, amer, par exemple lorsqu'il évoque sa participation à la bataille d'Alger

J'ai vite été enrôlé. A huit ans, m'a-t-on dit, on fait une formidable recrue, on est doué pour le double jeu, l'infiltration et la carambouille. La guerre secrète fait feu de tout bois et les enfants sont des pyromanes-nés. Je venais du village, mon air abstrait et la petite glaise entre mes orteils feraient merveille. Et hop j'avais mon badge d'activiste et ma feuille de route en poche.

On a couru à se péter le coeur, à pied, en tram, en train, en stop, d'une planque à l'autre, d'une boîte à lettres à l'autre, découvrant au passage la ville et ses beautés, ses laideurs et ses micmacs, ses coins et ses recoins encore plus étranges, ses balcons vertigineux et ses vues panoramiques, ses plages polluées par tant de vieux rêves brisés (...)

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 01-05-2012 à 11:50:16  (site)

kikou Christne,
c'est avec un beau soleil et de la fraicheur que je viens te souhaiter un doux premier mai ma jolie.
Que du bonheur.
Je t'embrasse

Cliquez ici pour voir mon image

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 25-04-2012 21:43

Lasalle

Un parcours qui nous conduit de château en château, mais pas seulement...

Randonnée de 14km et 500m de dénivelée positive. Carte IGN 1/25000: 2741E. Balisage jaune (la peinture est parfois ancienne).

Parking devant le temple semi-circulaire de Lasalle, dont on remarquera le porche néo-gothique.

Prendre la Grand Rue en direction du nord puis à droite la petite rue qui monte et longe le cimetière protestant. Le chemin continue plein nord, passe à côté de la clède de Vivarier, du château du Solier (privé, XIXème siècle).

Au carrefour avec la D153d, il faut faire un aller et retour à gauche pour voir  le puits-citerne de Clarou:

De retour au carrefour, on monte par un sentier dans les bois vers le nord-est jusqu'à Sainte-Croix de Caderle où l'on peut voir le puits, place de la mairie, la chapelle dont la première construction remonte à l'époque carolingienne (Xème, XIème siècle) et qui est très bien restaurée... Et des Highlands...

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Repartir plein sud par la D153b puis par un chemin: c'est la "Route Vieille" qui descend jusqu'à Calviac. Rejoindre la D57 par la droite pour voir le château de Calviac.

On traverse la Salindrenque qu'on longe par la droite puis on monte jusqu'à Saint Bonnet de Salendrinque (Pourquoi dans un cas "Salindrenque" et dans l'autre "Salendrinque"? Le mystère reste entier...).

Après avoir admiré le Castellas,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

on repart vers Lasalle par la route puis par un chemin qui  longe La Salindrenque, non sans observer en passant le château de Saint-Bonnet, au loin celui de Cornelly, et enfin ce tronc de mûrier, impressionnant!

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. seringa  le 26-04-2012 à 04:10:18

Cette rando est vraiment riche en "beautés" de toutes sortes.Et ces superbes Highlands! J'aurais bien aimé les croiser...Quant au tronc du mûrier, il est impressionnant.Un grand merci pour cette "évasion".Bisou.

édité le 26-04-2012 à 06:10:32

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article