en chemin

voyages, lectures, nature

le 17-11-2013 11:37

Rando-poche, vendredi 15 novembre

Avec le vent froid et quelques gouttes de pluie, nous avons écourté la randonnée au-dessus d'Aramon. Mais le paysage était plaisant et nous nous sommes bien promis d'y retourner...

Voici les propositions de lecture qui ont été faites ensuite, bien au chaud devant un thé ou un petit chocolat... 

Simone: La Réparation, de Colombe Schneck. Lorsque la narratrice est enceinte, sa mère lui dit: si tu as une fille tu devrais l'appeler Salomé... Les années passent. Pourquoi Salomé? Ce roman, sans doute en partie autobiographique, est très fin.

Monique: Aurevoir là-haut, de Pierre Lemaitre (prix Goncourt 2013). Ce roman se passe après la 1ère guere mondiale. Très bien documenté, il  se lit comme un véritable thriller. L'auteur est un spécialiste des polars.

Joe: Canada, de Richad Ford.L'histoire d'une famille qui éclate et se disloque aux Etats-Unis, à la frontière avec le Canada. C'est un roman bien écrit, malgré quelques longueurs.

Gisèle: Faillir être flingué, de Céline Minard. Un véritable western, avec les personnages traditionnels, très intéressants, un luxe de détails, de l'humour aussi. On dirait que l'auteur a vécu cette époque!

Françoise: Dans le silence du vent, de Louise Erdrich. Dans une réserve du Dakota, un jeune garçon vit heureux jusqu'au jour où sa mère est agressée. Il découvre alors la justice, l'injustice, le désarroi des adultes. L'écriture de ce roman est très riche.  

Joelle a envoyé sa contribution par mail à propos de Remonter la Marne, de Jean-Paul Kaufmann:

Plus que de vous imposer nom modeste compte rendu de cet ouvrage que j’ai adoré, je vous fais part  de ce que j’ai entendu lors de la conférence qu’il a donné au festival de géographie de Saint Dié où il a reçu le prix Ptolémée 2013.Le thème du débat était : le monde qui vient avec Memona  Hintermann « une vie peut en cacher une autre »et Robert Solé « Sadate ».

 J.P Kauffmann m’est apparu  fragile, frêle, sensible à l’intérêt que nous portons à son ouvrage. Pourquoi la Marne ?  Il a suivi les pas de Jacques Lacarriére, « chemin faisant », d’un inconnu, Jules Blain qui ont remonté la Marne de Tribardou, près de Meaux jusqu’à sa source, sur le plateau de Langres.C’est aussi le pays où il est né. Ce  fleuve mythique, est  celui des désastres annoncés et du retournement dans l’histoire( cf : les batailles de la Marne) .C’est la France invisible, qui ne va pas à Paris, la France qui souffre en silence mais qui tient, dit-il, celle des conjurateurs, des gens indociles qui refusent le pessimisme ambiant . L’option de la remonter , c’est  aller vers la vie, la naissance. Ce voyage lent, à pied  a été une révélation , un éblouissement pour lui. En traversant  ces villages hors service, moribonds, il a découvert la vie, la solidarité autour d’un verre de Champagne. La Haute Marne a détenu le record de la richesse et a maintenant  le record de la pauvreté . De plus ce pays tourne le dos à la rivière. Des hommes célèbres ont marqué la Marne : Bossuet, Bachelard, La Fontaine, André Breton jusqu’à Pierre Bérégovoy. J.P Kauffmann est un excellent conteur mais aussi un poète qui a captivé tout le public présent .

Quant à moi, j'ai proposé la lecture de Vertiges. Lionel Duroy y poursuit l'analyse de sa vie, de ses relations, ici les raisons d'une nouvelle rupture. Une très belle écriture.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 18-11-2013 à 12:27:21  (site)

coucou ma petite Christine,
tu es bien courageuse d'avoir osé faire une randonnée avec de mauvaises conditions atmosphériques.
Bonne semaine ma jolie.
Je t'embrasse
Cricri

2. lockdown  le 18-11-2013 à 12:30:08  (site)

Que de choix ...
Bisous

3. wolfe  le 18-11-2013 à 19:10:28  (site)

Bonsoir
Je ne connais aucun des titres proposés...
Bisous

4. fanfan76  le 18-11-2013 à 20:08:20  (site)

Bonsoir Christine, il y a un très bon choix de lecture.
C'est courageux de faire des randonnées par ces mauvaises conditions climatiques, mais quand on aime!
Il annonce de la neige, c'est l'hiver qui s'installe! Bonne soirée et bon début de semaine. fanfan

5. lafianceedusoleil  le 19-11-2013 à 08:41:01  (site)

kikou ma petite Christine,
bon mardi ma jolie avec du baume au cœur.
Gros bisou affectueux
Cricri

smiley_id239910smiley_id117175

6. lockdown  le 19-11-2013 à 13:52:40  (site)

Dans ma région , tu peux faire de belles rando's et de belles photos
Bisous

7. wolfe  le 19-11-2013 à 17:46:17  (site)

Bonsoir
Moi aussi je suis toujours heureuse d'avoir de tes nouvelles!
Bonne soirée!
Bisous

8. Kriemhild  le 20-11-2013 à 17:27:04  (site)

Bonjour !

Tiens, "Aramon" ! Je crois que j'ai des élèves ou des collègues qui viennent de là-bas !
Je savais qu'on était proche, mais pas à ce point, lol !

Bonne fin de journée, bisous !

9. anaflore  le 22-11-2013 à 08:33:05  (site)

merci du partage
cette semaine j'ai fait une rando et nous nous sommes perdus dans la forêt avec le temps qui fait une petite galère et pour lire je préfère mon canapé bonne journée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 14-11-2013 21:00

La Constellation du chien, de Peter Heller

       Au début, je l'avoue, La Constellation du chien ne m'a pas enthousiasmé: l'histoire de Hig, dans une Californie dévastée par une épidémie qui n'a laissé en vie que quelques individus peu recommandables... Encore un roman de science-fiction, la vie sur terre après un cataclysme, et la preuve que l'homme est un loup pour l'homme...

        Mais j'avais tort. L'écriture de Peter Heller, dont c'est le premier roman, m'a peu à peu séduite. Hig n'est pas si bon qu'on le croit, il est aussi fort capable de se défendre.   L'happy end - attention: toute relative-  offre peut-être un plaisir littéraire après tant de pessimisme qu'il incline à l'indulgence. L'auteur nous donne une si belle image de la nature préservée qu'on se dit: pourvu que nous la sauvions de tout catastrophe. 

       Un roman violent et poétique.

J'ai été chercher des branches mortes là où la forêt était plus compacte à l'arrière du camp, et j'en ai fait du petit bois que j'ai déposé sur un oreiller de mousse espagnole séchée et j'ai vite allumé le feu. Pour qu'on puisse se réchauffer,. Le bois était sec, gorgé de résine et il explosait et craquait ce qui produisait une chanson domestique par-dessus le murmure sylvestre de la rivière et du vent dans les hautes branches. Les ténèbres avaient déjà gagné la forêt, elles remplissaient le petit canyon telle une marée lente et les flammes les rendaient plus profondes mais le ciel était toujours clair, du bleu le plus pâle et je voyais deux étoiles.

Jaser aussi était heureux. Il s'est peletonné tout près du feu à l'abri du vent et de la fumée, a posé la tête sur ses pattes et m'a regardé préparer notre poisson (...) 

 

 

 


 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 14-11-2013 à 22:41:53

kikou ma petite Christine,
tu dis que c'est un roman violent et poétique. Violent et poétique ne vont pas trop ensemble à mon idée.
Bonne fin de soirée ma jolie.
je t'embrasse.
Cricri

2. passionphotos  le 15-11-2013 à 00:58:12

hello

Tu lis beaucoup toi. Et que penses-tu des e-books ? Tu en lis aussi ? En tout cas c'est intéressant d'avoir un personnalisé.

Donc t'aimes les livres poétiques ?

Pour le job oui je suis contente de l'avoir trouvé même si ce n'est pas ma branche (vu la difficulté à trouver du boulot en ce moment). Ca explique pourquoi beaucoup de jeunes songent à émigrer (pas assez de boulot pour satisfaire tout le monde comme si on vivait dans un pays surpeuplé).

@+ Bonne nuit.

édité le 15-11-2013 à 01:59:02
édité le 15-11-2013 à 01:59:21
édité le 15-11-2013 à 02:06:27
édité le 15-11-2013 à 02:06:42

3. wolfe  le 15-11-2013 à 18:25:27  (site)

Bonsoir
J'en ai déjà entendu parler de ce livre...ou alors j'ai confondu!!
Tu as une bonne mémoire!
Ma tendinite va mieux je te remercie!
Je vous que toi tu es très fatiguée!
Reposes-toi!
Bisous

4. Misscalimero  le 15-11-2013 à 18:56:56

coucou
ayé ce soir je fini mon Mankel! je vais pouvoir m'en payer un autre lol en tout cas je retiens aussi le nom de l'autre auteur que tu m'as donné (je l'ai noté) et je vais en lire un pour voir!! merciiii
bonne soirée!!
bisoooous
il a pas l'air mal peter heller aussi...

5. colea  le 15-11-2013 à 20:47:47  (site)

Bonsoir Christine! merci pour ton passage sur mon blog, ce qui m'a conduite à découvrir le tien, que je vais "feuilleter" peu à peu, à travers randonnées, jardin, livres, et pour le retrouver facilement je vais tout de suite le mettre dans mes favoris. Je te souhaite une très belle soirée et une bonne fin de semaine,
Léa

6. lafianceedusoleil  le 15-11-2013 à 22:28:00  (site)

coucou ma belle Christine,
bon week-end ma jolie.
Mille bisous affectueux
Cricri

7. lafianceedusoleil  le 16-11-2013 à 09:23:45  (site)

Bonjour ma petite Christine,
une petite visite pour te souhaiter un excellent week-end.
Pour l'instant, il fait gris, nous verrons la suite.
Je t'embrasse
Cricri

8. lockdown  le 16-11-2013 à 10:49:54  (site)

Bisous en passant.

9. lafianceedusoleil  le 17-11-2013 à 08:35:13  (site)

bonjour ma petite Christine,
je te souhaite une belle journée.
J'espère que le soleil est présent chez toi. Ici, ce n'est pas le cas.
Gros bisou
Cricri

10. riccipandorapl  le 17-11-2013 à 21:03:01  (site)

dire qu'il faut que je passe voir ton blog pour lire autre chose sympa a bientot

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-11-2013 21:41

Le Marquairès

Randonnée lozérienne de 17km et 580m environ de dénivelée cumulée.

Départ du tunnel du Marquairès (à gauche de la sortie du tunnel en venant de Saint André de Valborgne par la D907). Ce tunnel, à 962m d'altitude, date de 1873 et permet de joindre la vallée du Gardon et celle du Tarnon

On monte par un chemin qui rejoint le GR 7 que l'on emprunte plein nord. En chemin nous croisons cette source, plutôt inattendue à cette altitude et sur un terrain calcaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les troupeaux nous regardent, un peu étonnés.

 

A environ 2km, un chemin sur la gauche descend vers le village de Rousses.

 

On traverse la D907 pour gagner le GAEC des Roussels. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au bout de la propriété, on emprunte un chemin qui suit le cours du Tarnon, affluent du Tarn, de 38,9km.

 

 Nous laisserons à notre droite la passerelle de la via ferrata que l'on aperçoit à peine au centre de la photo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'automne offre ses couleurs et sa végétation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin, un veilleur silencieux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous arrivons devant la superbe cascade du Tapoul qui alimente le Tarnon.

 

 

 

On continue, malgré l'absence de sentier, le long du Tarnon jusqu'aux vestige d'une passerelle effondrée. A gauche, un chemin monte vers la maison forestière du Marquairès où trône un sequoia: nous tenant par les mains à quatre, nous n'en faisons pas le tour.

 

 

On poursuit par un chemin balisé en jaune qui longe toujours le Tarnon et débouche sur une route. Là il faut suivre la route jusqu'au col  Salidès (1014m) puis un sentier pierreux, plein nord: c'est la partie la moins agréable de la randonnée: mais ensuite les vues superbes sur les Cévennes sont une récompense pour tous les efforts.

Variante: depuis la maison forestère un petit sentier plein est  ramène directement au tunnel.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. Misscalimero  le 13-11-2013 à 22:04:58

waouh quElle belle balade!!! merci de nous l avoir fait un peu partager grâce à tes belles photo!!
bisous

2. gegedu28  le 13-11-2013 à 22:14:05

Bonsoir Christine,
... la campagne à l'été pur !
Tout semble intact sur tes photos, ce village de Rousses est vraiment magnifique. Je pense que dans ces villages retirés, la nature est mieux préservée, quand je vois les villes à côté de celà : de vraies poubelles !
J'avoue que faire des randonnées dans ta région c'est vraiment sympa, et c'est très vivifiant en plus.
Merci en tous cas pour ces beaux partages avec nous.
Amicalement,
Gérard

3. jeanmi  le 14-11-2013 à 12:33:52  (site)

Hello,
Il est trop bizarre le 1er champignon en photo, j'y connais rien en champignon faut dire.
Passe une bone journée,
Bisous

4. pouty88  le 14-11-2013 à 15:34:08  (site)

bonjour
oh encore une belle randonner et de beaux champignons .
ah j'aime bien ces vaches là elles sont mignonne.
bonne soirée
pouty

5. wolfe  le 14-11-2013 à 18:49:57  (site)

Bonsoir
J'espère que tu vas bien!
Magnifiques tes photos!
Bisous

6. fanfan76  le 14-11-2013 à 20:03:51  (site)

Bonsoir Christine, une fois de plus j'ai beaucoup aimé de partager avec toi cette belle randonnée et de découvrir toutes ces merveilleuses couleurs automnales, bon ne me demande pas de prendre la passerelle de la via ferrata, j'ai agrandi l'image pour mieux la voir! le champignon, je n'en avais jamais vu de semblable! je ne crois pas qu'il soit comestible! Bien vu pour cette roche ( le veilleur) Merci beaucoup pour ce moment de partage. Bises; bon vendredi. fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 13-11-2013 17:42

Le Fils du vent, d'Henning Mankell

       Même si le roman de Henning Mankell commence par un meurtre, il ne s'agit pas d'un roman policier. L'histoire se passe à la fin du XIXème siècle. Un jeune savant se rend en Afrique, dans le désert du Kalahari, avec l'idée de revenir avec un insecte encore inconnu, auquel il donnera son nom. Mais c'est avec un jeune garçon qu'il rentre en Suède. Il est persuadé qu'il peut faire son bonheur. Cependant les choses ne se passent pas comme il le croit. Et d'abord parce qu'il considère l'enfant comme une nature vierge, un enfant sauvage,  à qui il faut tout apprendre. Or le petit Daniel a eu un nom, des parents, il a des souvenirs, un imaginaire... C'est lui, Le Fils du vent. Il rêve de marcher sur l'eau pour rentrer dans son pays d'origine.
Mais Hans Bengler a décidé:
- Tu ne retourneras jamais dans le désert. Ta vie est ici maintenant. Tu as appris à parler, à frapper à la porte, à saluer. Nous allons partir pour une ville où je dois présenter mes insectes. Et je vais présenter, toi aussi.
Pourtant celui qui se fait appeler Père manque toujours d'argent, il rate tout et finit par  placer l'enfant chez  des  villageois.
       C'est donc, entre humour, tendresse et tragédie, la courte vie et les désirs de l'orphelin bochiman que l'on découvre au fil des pages.
 
Fils Du Vent de Henning Mankell
 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lockdown  le 13-11-2013 à 17:05:32  (site)

Dommage , je n'ai pas le temps de lire ... lol
Bisous.

2. passionphotos  le 13-11-2013 à 20:57:20

hello

j'aime bien les illustrations du post.

Bisous

3. Misscalimero  le 13-11-2013 à 22:03:08

coucou!
imagine toi que je suis en train de lire un livre de cet auteur!! je suis très polars et très suédois dans les auteurs! j'ai donc découvert cet auteur et je commence ses oeuvres! je lis son premier polar, meurtriers sans visage! avant d arriver à celui que tu présente je dois en lire 6! oui, je lis son oeuvre dans l ordre lol mais j'ai hâte d arriver à celui la quand même!!
bisous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 07-11-2013 21:24

Austerlitz, de W.G. Sebald

       Voici un roman intrigant, le dernier de W.G.Sebald avant sa mort en 2001, que je ne sais pas très bien comment présenter.

       Grâce à une succession de coïncidences, le narrateur fait la connaissance d'un homme étrange, Jacques Austerlitz, qui lui raconte peu à peu sa vie. Enfant prétendument de pasteurs anglais, il a découvert tardivement sa véritable identité et son nom. Cette quête le mène à Prague et au camp de concentration de Theresienstadt, ce qui ne va pas sans une grande angoisse.

Il ne m'était visiblement pas d'un grand secours d'avoir découvert les sources de ma perturbation ni d'être capable de me voir moi-même avec la plus grande acuité, tout au long de ces années révolues, en petit garçon coupé du jour au lendemain de sa vie familière: la raison ne prenait pas l'ascendant sur le sentiment que j'avais de tous temps réprimé et qui maintenant se frayait avec violence un chemin pour sortir au grand jour, le sentiment d'avoir été rejeté et effacé de la vie.

       Ce qui surprend ici c'est le style du récit, avec des développements sur l'architecture, des gares en particulier, ou sur l'aviation, des digressions sur les oiseaux, les paysages... qui prennet place naturellement cependant dans cette recherche de l'identité. De plus  Austerlitz est illustré de photos, de croquis, qui laissent croire qu'il ne s'agit pas d'un roman mais d'un véritable témoignage.

En recherchant l'image de la couverture sur Intenret, voici un commentaire que j'ai trouvé sur un site universitaire et qui me conforte dans mon impression:

Si les textes de Sebald sont extrêmement difficiles à résumer et à mémoriser, Austerlitz est sans doute le plus difficile à cet égard : constitué, comme il est, d'un système de renvois, d'allusions et de correspondances dont on devine la logique poétique avant de bien la comprendre si tant est qu'on la comprenne jamais.

 


 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 07-11-2013 à 20:48:26  (site)

Bonsoir Christine, bon je n'ai pas lu ton billet, je suis un peu fatiguée ce soir mais je reviens demain pour le lire.
Ah je voulais te remercier car apparemment certaine personne déteste l'art topiaire et le buis, bon chacun ses gouts, mais je vois, ce soir que je ne suis pas la seule à aimer le buis.
Je t'embrasse et à demain. fanfan

2. lafianceedusoleil  le 07-11-2013 à 21:52:13  (site)

kikou ma petite Christine,
Les coïncidences devaient se produire tout simplement.
Bonne fin de journée Christine.
Je t'embrasse
Cricri

3. anaflore  le 08-11-2013 à 07:28:41  (site)

une lecture qui parait faire travailler les méninges aprés mon voyage virtuel dans les livres du pére yvon je ne suis pas sortie indemme bon vendredi bien ton partage

4. fanfan76  le 08-11-2013 à 17:45:41  (site)

Bonsoir Christine, comme cela doit-être difficile de connaitre tardivement sa véritable identité! J'aime la couverture de ce livre avec ce petit garçon dans un vêtement bien singulier. Bises et bonne soirée. fanfan

5. wolfe  le 08-11-2013 à 19:32:41  (site)

Bonsoir
Passe un beau week end!
Bisous

6. jeanmi  le 09-11-2013 à 13:38:24

Hello,
Je passe te souhaiter un bon we.
Bisous

7. lafianceedusoleil  le 12-11-2013 à 08:56:15  (site)

bonjour ma petite Christine,
je pense que tu as passé un bon week-end ma jolie.
Le notre fut sympa.
Belle journée ma jolie.
Je t'embrasse très fort.
Cricri

8. passionphotos  le 12-11-2013 à 23:35:39

Hello

Austerlitz comme la gare ? coincidence qu'ils aient le même nom ? ou genre on a donné son nom à la gare en genre d'hommage ?

Bonne soirée bisous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article