en chemin

voyages, lectures, nature

le 05-09-2013 21:56

Garrigue autour de Nîmes (2)

Voici une autre petite randonnée (8km), à faire dans la matinée avant que la chaleur ne s'installe... ou l'hiver.

 

Départ de Saint Gervasy; parking place de la mairie, à côté de l'église du XIIème siècle.

Carte du Conseil Général: De Garrigues en Costières.

On passe, plein nord,au dessus de l'autoroute A9; puis on tourne à droite pour monter par le chemin de croix bordé de très jolies sculptures de Daniel Souriou jusqu'à la chapelle.

Daniel Souriou:  sculpteur métal
Reçu Compagnon Serrurier du Devoir en 1950,
Fixe son atelier à Nîmes en 1952

 

 

Un petit aller et retour par le moulin pour admirer le paysage. Vue sur Saint Gervasy.

De la chapelle on suit le balisage jaune jusqu'au carrefour nommé Arnon.Un peu plus loin, nous avons quitté le chemin balisé pour prendre à gauche une petite route.

En voici une, installée sur ma cuisse, qui espère sans doute  être transportée gratuitement...

 

Juste avant le 1er virage un chemin sur la gauche descend jusqu'au puits d'Arnon. Il s'agit sans doute d'une source ou de la résurgence d'un ruisseau, dans tous les cas la végétation est dense et d'autant plus verte qu'autour c'est la sécheresse.

 

Puis on tourne à droite, plein sud, on suit une petite route ombragée qui longe un ruisseau qui disparaît dans un trou(!), on croise des toiles d'araignée qui n'ont rien à envier aux installations de Tomas Saraceno...

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 05-09-2013 à 20:59:13  (site)

Bonsoir Christine, la Seine s'étend sur 777 kms et se jette dans la Manche entre Le Havre et Honfleur. smiley_id2385148Bon tu vois elle n'est pas qu'à Paris!,Bon ne fais pas attention, je suis chauviniste!
J'aimerais bien faire ces promenades, c'est super! c'est très beau, je reviens demain pour bien regarder cette randonnée, car là, j'ai mes yeux qui se ferment! Bonne nuit. fanfan

2. lafianceedusoleil  le 05-09-2013 à 21:51:32  (site)

kikou ma petite Christine,
elle est belle la sauterelle.
La dernière photo, c'est une toile d'araignée, c'est marrant.
Voir de la verdure dans la garrigue, c'est étonnant.
Douce fin de soirée ma jolie et bonne nuit.
Je t'embrasse
Cricri

3. pouty88  le 06-09-2013 à 04:42:59  (site)

bonjour
ah magnifique ,c'est beau dans ces coin là!
c'est uns cigales ou un criquet?
ça ressemble au sauterelle ou criquet qu'on a dans les Vosges...
bon vendredi
pouty

4. pouty88  le 06-09-2013 à 04:43:00  (site)

bonjour
ah magnifique ,c'est beau dans ces coin là!
c'est uns cigales ou un criquet?
ça ressemble au sauterelle ou criquet qu'on a dans les Vosges...
bon vendredi
pouty

5. Kriemhild  le 06-09-2013 à 06:59:25  (site)

Bonjour !

Oh que oui que mon régime est frustrant, d'ailleurs, je l'arrête aujourd'hui car il me semble inutile de faire semblant de le suivre alors que pour le moment, c'est pas possible.

Sinon sympa la ballade ! Faudra que je vois où se trouve la ville dont tu parles exactement car au final, ça ne peux pas être TROP loin de chez moi ! Et puis ça fait longtemps que je n'ai pas fait une vraie ballade !

Bonne journée, bisous

6. fanfan76  le 06-09-2013 à 07:26:04  (site)

Bonjour Christine, et me voila réveillée, après une bonne nuit de sommeil.
J'aime ta première photo, statue en métal, et la dernière, ce trou, ça fait bizarre! cela doit -être agréable de se promener sur ce petit sentier, surtout lorsqu'il fait chaud! BON VENDREDI, fanfan.

7. wolfe  le 06-09-2013 à 11:02:36  (site)

Bonjour
Merveilleux!
Bisous

8. lafianceedusoleil  le 06-09-2013 à 20:38:13  (site)

bonsoir ma petite Christine,
chez nous, le temps a viré, il fallait s'y attendre.
Je te souhaite un magnifique week-end.
Je t'embrasse
Cricri

smiley_id239910

9. Misscalimero  le 07-09-2013 à 07:21:26

coucou!
quelle belle balade!!! et quelles belles photos!! merci de nous les faire partager!! par contre la sauterelle sur ta cuisse ...moi j'aurai hurlé LOL bah voui...J'ai peur de tout ce qui saute (grenouille, sauterelle même un criquet tout petit de rien du tout!) bon, j'ai peur de pas mal de bestioles en fait, mais...lol
bon samedi!!
bisooous

10. lafianceedusoleil  le 07-09-2013 à 19:04:33  (site)

bonsoir ma petite Christine,
j'ai passé une super journée, j'espère qu'il en fut de même pour toi.
Demain soir, nous allons au Crasy Horse.
Bonne soirée et bon dimanche ma petite Christine.
Je t'embrasse
Cricri

smiley_id239910Nine

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 04-09-2013 21:48

Corniche Kennedy, de Maylis de Kerangal

       Dans Corniche Kennedy, une bande de jeunes gens, filles et garçons, fréquentent une corniche escarpée marseillaise. Ils s'amusent à sauter dans la mer d'un endroit dangereux et interdit. Cette prise de risque est de leur âge; aussi Sylvestre Opéra les surveille-t-il avec inquiétude et une certaine bienveillance, même si les instructions du maire appelle à plus de sévérité de la part de la police...

       Mais ces jeunes dont le passé est souvent déjà lourd n'ont pas un avenir toujours  riant.

Les petits cons de la corniche. La bande. On ne sait les nommer autrement. Leur corps est incisif, leur âge dilaté entre treize et dix sept, et c'est un seul et même âge, celui de la conquête: on détourne la joue du baiser maternel, on crache dans la soupe, on déserte la maison.

       L'écriture nerveuse et rythmée de Maylis de Kerangal (auteur de Naissance d'un pont dont j'ai déjà parlé) permet d'apprécier cette intrigue.

 

Corniche Kennedy de Maylis De Kerangal

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. fanfan76  le 04-09-2013 à 21:20:23  (site)

Bonsoir Christine, merci pour Gabin, nous sommes heureuses pour lui et sa maman.
BON JEUDI, toujours sous un beau soleil. fanfan.

2. lockdown  le 05-09-2013 à 01:36:09  (site)

Ce résumé donne envie de le lire.
Bonne journée à toi
Mille bisous.

3. wolfe  le 05-09-2013 à 07:59:53  (site)

Bonjour
Il a l'air d'être pas mal!
Bisous

4. lockdown  le 05-09-2013 à 13:26:28  (site)

Bonne fin d'apm
Mille bisous.

5. Kriemhild  le 05-09-2013 à 16:59:03  (site)

Bonjour !

Merci pour ton passage !!!

Bon, côté boulot, heureusement, je ne manque pas de courage, mais côté régime, c'est pas la même chose... J'ai encore craqué aujourd'hui, ça devient trop dur !

Bonne fin de journée, bisous

6. Misscalimero  le 05-09-2013 à 17:59:46

coucou!
pas mal...ça donne envie! je note!!
bisooous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 02-09-2013 15:15

Les Papesses à la Collection Lambert

Suite de la visite et de l'article précédent, cette fois à l'hôtel de Caumont, musée d'art contemporain, où l'on peut voir, en dehors des périodes d'expositions, la Collection Lambert.

Dans le hall  est reproduite l'entrée de l'hospice pour aliénés de Montfavet, où fut internée pendant 30 ans Camille Claudel. On retrouve dans la montée d'escalier ces chemises de grand-mère ou camisoles aux bras noués des internées, déjà vues au Palais des Papes...

 

Ici aussi les oeuvres, malgré les années qui les séparent, sont mises en relation.  Ainsi l'Aurore en bronze de Camille Claudel et le biscuit (porcelaine) de Kiki Smith: La Femme au bras levé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici deux araignées de Louise Bourgeois, images maternelles et familiales puisque ses parents étaient tapissiers: l'araignée produit des fils et tisse ses toiles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Claudel enfant, et, en arrière plan, jeune homme puis adulte, vu par sa soeur. On ne peut pas dire qu'Auguste Rodin, qui fut son amant et qui lui doit autant qu'elle lui doit en sculpture, ou son frère Paul Claudel dont elle a attendu en vain les visites, se soient distingués dans ces circonstances par leur humanité... Dans les combles du musée sont exposés  lettres et documents concernant l'internement de Camille Claudel dans un asile d'aliénées où elle mourut de faim en 1943; triste destin qu'illustre d'une certaine manière cette femme en cire de Berlinde de Bruyckere.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On redescend par l'escalier Robert Barry qui renvoie l'image démultipliée des visiteurs.

 Vertigineux!

 

 

 

 

 

 

 Le rez de chaussée est consacré aux oeuvres de Kiki Smith, qui paraissent bien réconfortantes après tant de souffrances.

Une lune bleue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un loup, des oiseaux, la  nature, une impression de paix...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce ne sont que quelques souvenirs d'une visite. Il y a bien d'autres oeuvres à voir dans cette exposition troublante et passionnante. Je conseille vivement la lecture de la biographie de Camille Claudel, écrite par Anne Delbée et publiée en 1983: Une femme.

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jakin  le 02-09-2013 à 13:38:12  (site)

Intéressante exposition...Bonne fin de journée....
Jakin, smiley_id210602

2. Misscalimero  le 02-09-2013 à 16:30:02

coucou!!!
merci pour tes passages chez moi...moi la vilaine qui commente jamais tes belles photos!!!!
merciiii!! tu me connais trop bien!
bisooooous

3. Emma K.  le 03-09-2013 à 16:56:41

J'ai moi-même vu cette exposition. Enfin un thème dérangeant voire perturbant et un commissaire d'exposition qui ose la confrontation , parfois peu évidente, entre les œuvres de cinq femmes créatrices. la scénographie est aussi impressionnante dans les deux lieux d'exposition.

A voir absolument.

4. lockdown  le 03-09-2013 à 22:55:50  (site)

Mille bisous bonne journée.

5. pouty88  le 04-09-2013 à 04:01:04  (site)

bonjour
ouah c'est bizarre les sculptures d'araignée !
c'est une belle expo .
toujours avec les petits fantomes..
bonne journée
pouty

6. wolfe  le 04-09-2013 à 09:21:29  (site)

Bonjour!
Il y en a qui ont du talent!!
Bisous

7. lockdown  le 04-09-2013 à 15:18:58  (site)

Mille bisous bonne journée ensoleillée !!

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 01-09-2013 16:03

Les Papesses au Palais des Papes

 

 
 
 
 Jusqu'au 11 novembre se tient à Avignon, au Palais des Papes et à la collection Lambert, une superbe exposition qui réunit 5 artistes femmes: Camille Claudel (née en 1864), Louise Bourgeois, Kiki Smith, Jana Sterbak et Berlinde de Bruyckere, la plus jeune: elle est née en 1964. En voici un petit aperçu subjectif...

 

 

 

Au Palais des Papes, on monte au premier étage accompagnés par ces fantômes et la voix de Louise Bourgeois chantonnant des comptines enfantines...

 

On est accueilli par La femme au bûcher, de Kiki Smith, rappel du temps où en Europe on brûlait les présumées sorcières.

 

Dans la Gande Chapelle, L'araignée de Louise Bourgeois (les planètes en verre soufflé  de  Jana Sterbak, à droite sur la photo, sont-elles ses oeufs?) côtoie les sculptures de Camille Claudel. Plusieurs façons de représenter, la femme, la mère... Au premier plan, La petite châtelaine.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
D'autres bronzes de Camille Claudel
 
Mais les oeuvres de cette salle traduisent souvent la douleur, la trahison, la blessure, la déchéance du corps, et sont parfois difficiles à regarder: comme les corps, ou parties de corps en cire translucide de Berlinde de Bruyckere que je n'ai pas eu le courage de photographier...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ausi, après une visite si impressionnante, je suis montée avec plaisir regarder dans la tour de la Gâche les tapisseries de Kiki Smith, omme cette Vénus constellée de lunes et d'étoiles scintillantes.

 

D'une ouverture de cette salle on peut admirer la place du Palais des Papes.

 

 

Enfin, en sortant du Palais, par l'arrière, dans les jardins Benoît XII, l'exposition continue avec les Wellcoming Hands de Louise Bourgeois


 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lafianceedusoleil  le 01-09-2013 à 21:51:50

kikou ma petite Christine,
la tapisserie est superbe, c'est une belle œuvre.
J'ai passé un fabuleux séjour à Chicago. Je ne suis jamais déçue. C'est grandiose et extraordinaire. Rien à voir avec Paris.
Je te souhaite une bonne semaine.
Gros bisou affectueux
Cricri

2. pouty88  le 02-09-2013 à 03:39:19  (site)

bonjour
ouah ,mais c'est pas une expo pour enfants...
des fantômes...enfin des chemises de fantômes ,moi je trouve ça marrant!
la femme sur le bucher on a connu ça aussi ici !
bonne journée
pouty

3. lockdown  le 02-09-2013 à 08:16:21  (site)

Ben ? Et le pont ? Je veux danserrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !!!!!
Mille bisous et bonne journée

4. wolfe  le 02-09-2013 à 09:49:29  (site)

Bonjour
Whoua, c'est vraiment magnifique!!!
Bisous

5. fanfan76  le 02-09-2013 à 13:11:49  (site)

Bonjour Christine, vraiment magnifique exposition, jolies sculptures de Camille Claudel Je comprends que tu as eu du mal à photographier les souffrances exprimées, il est bon d'exprimer sa souffrance, ses déchirures, cette femme sculpteur a su faire passer un message de désespoir!
Je t'embrasse et merci beaucoup pour ce beau partage. Bon début de semaine. fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
le 30-08-2013 12:53

Les Chiens de Riga, d'Henning mankell

       Encore un Henning Mankell et une enquête policière pour l'été...

       Dans Les Chiens de Riga, l'inspecteur Wallander se déplace hors de Suède. Il part sur les traces de criminels, bien malgré lui, en Lettonie, et se retrouve face à la mafia, aux trafiquants de drogue et à la police politique russe. L'indépendance de la Lettonie fut proclamée en septembre 1991, après l'éclatement du bloc soviétique, et le récit commence en février 1991: c'est dire s'il est ancré dans la réalité politique de ces années-là et la lutte pour la liberté. Le roman lui-même fut publié en 1992.

       Mais il n'y a pas que la violence. Il y a aussi l'amour naissant de Kurt Wallander pour Baiba Liepa... personnage que l'on retrouve dans la dernière apparition du héros: L'Homme inquiet.

Mais cette nuit passée avec Baiba Liepa dans le froid de l'église l'obligea pour la première fois à fouiller en lui-même. Il comprit que le monde ne ressemblait pas du tout à la Suède, et que ses propres soucis étaient dérisoires comparés à la cruauté noire qui marquait la vie de Baiba Liepa. Pour la première fois il eut la sensation de comprendre le massacre et la mort d'Inese. L'irréel devint réel. Les commandants étaient bien réels. Le sergent Zids avait tiré avec une arme réelle des balles réelles capables de déchirer un coeur et de faire surgir en une fraction de seconde un univers de désolation. Il comprit la torture que cela représentait de vivre sans cesse dans la peur. Le temps de la peur.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. lockdown  le 31-08-2013 à 09:29:42  (site)

Merci de ton passage , mille bisous bonne journée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article